Le LOF : une véritable garantie ?


27 Jul
27Jul

Cet article va certainement faire grincer quelques dents, mais il nous semblait nécessaire de mettre au clair certaines choses. Il est temps de dévoiler au grand public un certain nombre de dérives dont nous avons été les témoins et parfois les victimes, comme tant d’autres avant nous.

Qu'est-ce que le LOF ?

Le LOF, ou Livre des Origines Français, est le registre créé en 1885 où sont répertoriées les origines des chiens français de race. Seuls les chiens inscrits au LOF ont droit à l'appellation « chien de race » qui justifie un prix plus élevé qu'un chien croisé, d'apparence ou de type racial. Un chien LOF possède un pedigree.

Qu'est-ce que le pedidree ?

C'est un document officiel comportant la généalogie du chien et qui certifie l’exactitude de ses origines. Il est obtenu après l’inscription définitive au LOF. (confirmation)

Quel est le problème?

Ainsi donc, vous dites-vous, grâce au joli pedigree de mon chiot, me voici assuré de ses origines sur plusieurs générations… Et bien voyez-vous, c’est là que le bât blesse.

En effet, dans la théorie, l’éleveur consciencieux fait ses croisements non consanguins avec soin, note le nom des parents, les dates de saillies et envoie tout ça au fur et à mesure à la SCC (société centrale canine), qui lui renverra donc les papiers des chiots issus de ces mariages soigneusement choisis.

Seulement voilà : cela est valable pour l’éleveur consciencieux et osons le dire : honnête. Vous voyez où nous voulons en venir ? Non ? Allons plus loin...

Il faut rajouter un élément majeur à l’équation : depuis la création du LOF, et malgré toutes les techniques modernes mises aujourd’hui à notre disposition, la SCC n’a jamais jugé bon de mettre en place une obligation de typage ADN des géniteurs ainsi que de leurs descendants. Certains éleveurs prennent les devants et demandent ces typages ADN, mais ils sont loin d’être une majorité.

Sans typage ADN, seule la parole de l’éleveur est garante de la véracité des faits. C’est aussi simple que cela.

Si vous avez affaire à l’éleveur honnête (éleveur honnête ne signifie pas forcément le plus côté en expositions, ni le plus connu, ni le plus voyant etc. C’est même bien souvent le contraire, mais ceci est un autre débat), tout roule, la machine fonctionne plutôt bien.

En revanche, si vous avez affaire à ce qu’il est coutume d’appeler un escroc, la chanson est tout autre.

Ainsi, on s’amuse par exemple à croiser un frère et une sœur afin de marquer plus encore cette caractéristique de race si prisée en exposition, il suffit de noter le nom d’un autre mâle sur le pedigree Qui va aller vérifier ? Personne, absolument personne.

Il est possible bien sûr de diversifier l’arnaque, nous vous laissons ici faire travailler votre imagination.

Ainsi on vend à l’amateur rassuré par un pedigree et le discours mielleux habituel de préservation de la race, un tas de feuilles pleines de mensonges et tous les problèmes qui en découlent. Même en tant que professionnels, nous avons été victimes de ce type de malversations lorsque nous avons monté notre élevage, et bien pire encore, et ce de la part d’un éleveur connu de tous. Fort heureusement, nous avons pu agir en conséquence, mais imaginez un particulier…

Vous allez penser que nous nous tirons une balle dans le pied en écrivant ces lignes, mais nous sommes convaincus qu’il est temps que certaines vérités soient révélées, et ce dans un seul et unique but : préserver réellement notre race de prédilection. Assez de faux-semblants, assez de passes-droits. Il existe des règles. Ces règles ont été mises en place afin de préserver un pôle génétique. Nous trouvons inadmissible que ces règles soient détournées et bafouées alors qu’avec de simples tests la fraude serait impossible.

En l’état actuel des choses, non, le LOF n’est pas une garantie absolue des origines d’un chien ni de sa qualité.

(Il en va de même des cotations, mais ceci est encore un autre sujet.)

Nous invitons donc tous les potentiels acheteurs, et ceci est valable pour toutes les races, à ne pas avoir une confiance aveugle dans un bout de papier. Avant de prendre vos décisions, visitez l’élevage, discutez avec les éleveurs, demandez à voir les parents, ouvrez les yeux et soyez attentifs à la morphologie, aux conditions de vie, aux signes indicateurs de bonne ou mauvaise santé, au tempérament des géniteurs. Ne vous laissez pas aveugler par de beaux discours bien rodés, instruisez-vous.

La confiance se mérite.

Pour aller plus loin :

Un extrait du rapport COPERCI/La gestion des races canines/avril 2005.

« Or une majorité des acteurs rencontrés sont convenus qu’un pourcentage non négligeable des certificats de naissance sont en fait des faux puisqu'au moins l’un des deux parents inscrits ou ne seraient pas le géniteur réel. Le taux de fausses déclarations pourrait aller, selon certains de nos interlocuteurs, jusqu'à 30 %. Quelques contrôles - ciblés car ils visent des éleveurs suspects – ont été réalisés par la SCC. Pour les années 1998, 1999, 2000, 2001, ils ont porté, (d’après le document en date du 19 février
Rapport COPERCI / La gestion des races canines. / avril 2005. 34 2002 de la SCC) sur 34 portées chez 34 éleveurs. Sur16 des 34 contrôles, des incompatibilités ont été démontrées entre chiots et parents déclarés; ils correspondent donc à de fausses déclarations ou à des erreurs. Compte tenu du nombre infime de ces contrôles et de leur caractère non aléatoire, il n’est évidemment pas possible de tirer des conclusions pour l’ensemble de la production LOF. Les contrôles ont, semble-t-il repris en 2004, mais à une échelle très modeste. Deux tests de filiation existent actuellement et sont largement utilisés. Il n’existe donc pas d’entrave technique à la mise en œuvre systématique des méthodes génétiques modernes. » 

Le lien du rapport complet : https://onedrive.live.com/?authkey=%21ANPoESn13vqPMqs&cid=35E78B966F6EDDA1&id=35E78B966F6EDDA1%2179209&parId=35E78B966F6EDDA1%2179208&o=OneUp