Faut opérer ma p'tite dame !


07 Jul
07Jul

Laura est une jeune femme amoureuse de son chien, Kinaï, un superbe et très grand mâle de huit mois à la date des faits que je vais vous conter. 

Lors d’une promenade dans un parc canin parisien, un éducateur du dimanche frais sorti de sa « formation » de quelques semaines à 800 euros sur internet, tout de sacoche à saucisse vêtu, aborde donc Laura pour lui expliquer que Kinaï « roule du cul », c’est inquiétant, sûrement le signe d’une dysplasie, faudrait courir chez le véto. 

Fort peu convaincue par l’expertise du badaud, le doute insidieux s’installe néanmoins et rendez-vous est alors pris chez l’homme de l’art, afin de dissiper l’inquiétude légitime de la consciencieuse et attentive propriétaire, d’autant qu’elle soupçonne un certain embonpoint chez le compagnon gourmand, et souhaiterais à ce sujet quelques conseils de bon aloi. 

La visite prend alors un tournant bien inattendu, lorsque le vétérinaire, d’un air grave explique à sa cliente que le poids du chien est parfait, mais qu’il craint quelque chose de bien plus grave. Heureusement, il connaît un chirurgien spécialisé en orthopédie. Quelle aubaine ! 

Rendez-vous est donc pris dans cette grande école vétérinaire parisienne que nous ne nommerons pas, mais que tout le monde connais. 

Le jour J, après une consultation extrêmement poussée de plus de 4 minutes et 59 secondes, l’éminent professionnel aux dents longues, d’un air tout aussi grave que précédemment, annonce sans détour son implacable verdict : une dysplasie des deux coudes. Il va falloir rapidement effectuer un scanner (350 euros), et envisager encore plus rapidement l’opération (entre 1500 et 2000 euros). On peut même prendre le rendez-vous tout de suite ma p’tite dame ! Pour le post-op, on vous laisse voir ça avec votre vétérinaire habituel. 

Horrifiée par la nouvelle, Laura décide alors d’appeler à la rescousse son éleveur. Ce dernier, habitué aux diagnostiques fantaisistes qui pimentent de plus en plus souvent l’exercice de sa profession, s’efforce de sécher les larmes de la belle et rendez-vous est pris afin d’obtenir l’avis de son vétérinaire de confiance. 

Quelques 600 kilomètres plus tard, voilà Kinaï revenu au bercail et son éleveur de s’écrier : 

- mais qu’il est gras ! 

- Je m’en doutais, mais tous les vétos m’ont dit qu’il était parfait, avoue la jeune femme un peu penaude. 

Que nenni, ce n’est pas grave, allons donc maintenant quérir ce troisième avis. 

La visite est bien plus longue cette fois-ci, car à défaut de dysplasie, épaules et cervicales doivent être réalignées par une bonne séance d’ostéopathie. 

Deux autres séances seront nécessaires ainsi que bien entendu un régime et des promenades plus courtes. 

Quelques mois plus tard, le chien allant parfaitement bien, afin de donner un sens à cette histoire, mais également de se débarrasser du moindre doute qui surnagerait encore, Laura décide d’effectuer les radios des hanches et des fameux coudes, et de faire valider les résultats par le lecteur officiel du club de race. 

Il est sans appel, les hanches et les coudes sont absolument parfaits.

 Morale de l’histoire : 

Avant de mettre des coups de bistouri à vos chiens, prenez plusieurs avis. 

La confiance aveugle en son vétérinaire n’est pas une bonne option. 

Se documenter et réfléchir n’est pas un défaut, quoi qu’on essaie de vous faire croire. 

Si vous avez bien sélectionné votre éleveur, faite-lui confiance, il ira toujours dans l’intérêt de l’animal qu’il a vu naître. 

C’est malheureux, mais c’est ainsi. Les pratiques plus que douteuses de certains vétérinaires auxquelles nous sommes confrontées sont de plus en plus fréquentes. 

Des histoires similaires, sur des sujets plus ou moins graves, nous en avons des dizaines à raconter, nous avons choisi celle-ci, car les preuves sont simplement irréfutables. 

PS1 : il est à noter que contrairement aux dires du rapport vétérinaire, aucune boiterie lors de périodes de jeux n’a jamais été constatée par la propriétaire. 

PS2 : le changement de régime du chien a été initié suite à une rupture d’approvisionnement durant le confinement. (mais, c’est là un autre sujet)

PS3 : tous les documents se trouvent à la suite de cet exposé. (les noms ont été effacés)